Dans la mesure où le FC Schalke 04 et Giants Gaming se sont qualifiées cette semaine pour les LCS EU il n'y a, même si vous n'avez pas du tout suivi les Challenger Series, plus guère de mystères autour de l'identité des vainqueurs de la D2 européennes. Celle-ci ne se résume cependant pas à ses deux vainqueurs et comme nous n'en avions pas eu l'occasion lors de la fin de la compétition, nous vous proposons aujourd'hui un petit retour sur la saison estival des EUCS.

Des qualifications bondées et spectaculaires

Il y avait du beau monde en qualifications et il y a, du coup, forcément eu pas mal de déçus à commencer par les deux derniers de la saison Spring : Millenium (qui venait pourtant de passer 3 saisons en EUCS) et Team Kinguin. Quelques autres noms (plus ou moins connus) étaient également de la partie mais ne sont pas allés plus loin tels que EURONICS (qui a encore une fois échoué à se qualifier), cette vieille connaissance de Tricked ou encore LDLC qui semble revenir avec davantage d'ambitions sur LoL.

Si on descend d'un cran et retourne aux qualifications ouvertes on ne sait carrément plus où donner de la tête tant il y avait de candidats sérieux. Tout le gratin français (GamersOrigin, GrosBill, Eclypsia), portugais (K1ck et Alientech) et surtout espagnol (Baskonia, Cerberus, eMonkeyz, G2V, Movistar, Valencia CF, x6tence,...) était présent ainsi que d'(ex-)grands noms tels qu'ALTERNATE et Nerv (qui, malgré ses fonds, a de nouveau échoué à se requalifier). Derrière les incontournables Red Bull, ce sont pourtant deux équipes d'amateurs (certes connus) qui se sont qualifiées : Team Singularity (Godbro, Taikki, Wendelbo, Atom et Kitty) qui a ensuite été recrutée par Tricked et les Burger Flippers (dELORD, Tabasko, Special, Arin et Sheriff) qui ont ensuite rejoint Reign.

Un mot enfin sur les qualifications ouvertes pour le serveur EUNE qui ont été pour le moins mouvementées puisque les deux finalistes Haldy Esports et Different Dimension ont été disqualifiés pour partage de comptes ce qui a permis aux Hongrois de Beautiful Talented Men de disputer les qualifications.

Outre les six équipes précitées (MIL, KGN, RB, TRC, RGN et BTM), on retrouvait également les vainqueurs des six principales ligues nationales (ou régionales) : AGO Gaming pour la Pologne, KIYF e-Sports Club pour l'Espagne (dont le championnat devient vraiment compétitif), EURONICS (qui a acquis la place de MM suite à l'arrivée de celle-ci en LCS) pour l'Allemagne, MnM Gaming pour le Royaume-Uni, LDLC pour la France et Wind and Rain pour la Scandinavie.

Tout ce petit monde était là pour se disputer deux petites places et si Red Bull a une nouvelle fois fait honneur à son nom, ce sont les surprenants WAR qui ont raflé la deuxième place. Ne comportant pourtant aucun grand nom parmi son effectif, cette bande d'amateurs a mis raclée sur raclée à ses concurrents. On notera la performance particulièrement désastreuse de Millenium qui a échoué à la dernière place du groupe A tandis que LDLC a atteint les phases finales des qualifications pour s'y faire battre par Red Bull pendant que WAR corrigeait Tricked.

Une saison régulière un peu décevante

Même si le nom ne fait pas tout, on s'attendait à une saison régulière particulièrement disputée vu le pédigrée des participants. Entre les descendants espagnols Giants et Origen d'un côté et les équipes issues du sport traditionnel (Red Bull, le PSG et Schalke) de l'autre, on ne pouvait qu'avoir droit à une saison relevée et pleine de suspense. Il n'en a malheureusement rien été. Le PSG et Origen ont été nullissimes tandis que WAR a continué à défier les pronostics ce qui est d'autant plus cocasse que, juste avant le début de la saison, Origen a piqué l'effectif de WAR au grand complet. Alors qu'en toute logique cette jeune structure créée pour l'occasion aurait tout simplement dû disparaitre, son propriétaire a refusé de vendre sa place à quelqu'un d'autre et à monté un nouvel effectif en toute hâte. Composé de joueurs qu'on a déjà vu en EUCS voire en LCS (Dan, AoD, Jwaow, Woolite, Arin), celui-ci a donc fait mieux que le précédent. De peu certes mais cela s'est avéré suffisant pour finir quatrième et gagner le droit de se faire massacrer par Giants en 1/2.


Une phase finale vite expédiée

Pour ceux qui n'auraient pas suivi, Riot Games a décidé depuis le printemps puisqu'il n'y avait plus de qualifiés automatiques et que deux participants, qu'il était inutile de disputer une finale ce qui laisse techniquement les EUCS sans véritables champions. Fort logiquement vu leur domination lors de la saison régulière, ce sont Giants et Schalke qui font office de suite à leurs faciles victoires sur WAR et Red Bull. Grâce à ces victoires, ces deux équipes ont gagné le droit de disputer le tournoi de Promotion. La suite, vous la connaissez déjà.

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 

 
 
 

Sponsors/Partenaires

 
Aspyr Logo Black 311intel rgb agc web site 270x178Nexon America logo web 225x178client logo microsoftTwitchLogo Purple 392 392x131uatmobilelogo fromwebsite 175x178 175x178unitytest 392 392x146unreal logo blacklg 200px 200x178boutique bobomicroVGMU global 180x130 Meltdown paris 
Merci au cybercafé Meltdown Paris qui nous met à disposition les ordinateurs lors des tournois
TO TOP